Annexe 1 : extraits de l'étude

D’après un tableau, dans 9 cas sur 10, l'élève vit dans une famille où se trouve au moins un autre élève. Cependant, qu'il existe encore des ménages où  un (1) seul membre fréquente une école élémentaire ou autre, montre le niveau relativement bas de la scolarisation dans la région.

Un autre tableau renseigne que, concernant les problèmes, 1 élève sur 2 est confronté au moins à un problème, d'hébergement, de nourriture, ou de matériel. Il est intéressant d'observer qu’une (1) personne sur 2 est nécessiteuse dans la région, d'après l'Enquête sur les Priorités (ESPS) de la DPS. L’information pourrait enrichir les indicateurs du DSRP.

Par ailleurs, le problème dominant est celui du matériel, pour étudier : chaises, éclairage, etc. Cependant, les cas de problèmes de nourriture ne sont pas négligeables et peuvent affecter sérieusement les résultats car ventre creux n'a pas d'oreille, selon l'adage.

Enfin, au niveau de la 3ème partie de l’étude,  un tableau montre que les filles semblent moins confrontées à des problèmes, surtout de nourriture ou d'hébergement. En effet, une fille est utile dans un ménage car elle assiste la ménagère dans ses tâches quotidiennes. A titre d'exemple, non seulement elle fait son propre linge, mais elle participe même au linge du reste de la famille, ce qui n'est pas le cas d’un garçon, constituant plutôt une charge. Pour toutes ces raisons, une famille serait plus encline à accueillir une fille qu'un garçon. Par ailleurs, la proximité entre garçons et filles n'est pas sans risques. A ce sujet,  une étude sur les statistiques de l'état civil1 donne la situation suivante : 11 élèves pères dont deux cas avec des filles élèves, dans la commune de Fatick, en 1995.

1« Exploitation et analyse des statistiques de l’état civil des communes de Fatick et de Sokone en 1995 – volet naissances, par Sette TOURE, 1995.

×